Les objectifs budgétaires sont présentés aux présidents des conseils scolaires

first_imgLe gouvernement provincial a présenté aux conseils scolaires, aujourd’hui 8 février, les objectifs budgétaires qui visent à mettre les enfants et l’apprentissage au premier plan tout en permettant à la Nouvelle-Écosse de continuer de vivre selon ses moyens, en s’assurant que le niveau de financement correspond au déclin du nombre d’inscriptions dans les écoles. « J’ai toujours dit que je voulais mettre les enfants et l’apprentissage au premier plan, a dit Ramona Jennex, ministre de l’Éducation. J’ai demandé aux conseils scolaires de protéger les élèves et l’éducation spéciale. » Les paramètres du financement exigent que les conseils effectuent des économies principalement par les départs à la retraite du personnel enseignant et du personnel de soutien et des réductions considérables dans le secteur administratif, tout en maintenant la qualité de l’enseignement en classe. « Nous avons dit que nous allions débuter par la réduction des dépenses administratives, qui ont augmenté de 30 pour 100 au cours de la dernière décennie, et c’est ce que nous avons fait, » a dit Mme Jennex. Dans une lettre adressée aux présidents des conseils scolaires, la ministre leur demande d’atteindre les objectifs en respectant les paramètres suivants : — Les réductions dans les effectifs du personnel enseignant et du personnel de soutien doivent être réalisées, dans la mesure du possible, par attrition et par les départs à la retraite. Ainsi, le rapport élève-enseignant restera inférieur à 15 élèves pour un enseignant. Il s’agit du rapport le plus faible en une génération. — Les programmes de soutien pour les élèves qui ont des besoins spéciaux doivent être protégés. Le gouvernement provincial maintiendra le financement de l’éducation spéciale à 125 millions de dollars, c’est-à-dire au même niveau qu’en 2010-2011. — Les conseils scolaires doivent cibler une réduction d’au moins 15 pour 100 dans le secteur administratif en 2011-2012 et prévoir une réduction de 50 pour 100 du budget prévu pour les consultants des conseils scolaires au cours des trois prochaines années. — Le financement direct du gouvernement provincial pour les mentors des enseignants doit être réduit de 50 pour 100 en 2011-2012. — Le financement provincial pour les initiatives ciblées (par exemple le BI, le programme O2 et le programme de vie saine) restera aux niveaux de 2010-2011. — Une partie des fonds du programme d’intervention préventive en lecture-écriture, qui sera éliminé progressivement, sera réorientée vers des programmes d’intervention précoce en lecture, dont un plus grand nombre d’élèves pourront bénéficier. — Le gouvernement provincial exige le maintien du plafonnement de la taille des classes de la maternelle à la 3e année. Il permettra toutefois aux conseils scolaires d’ajouter au plus deux élèves par classe dans les cas où cela représente la meilleure option pour préserver la qualité de l’éducation dans la salle de classe, par exemple dans une situation ou une telle augmentation permettrait au conseil scolaire d’éviter des classes combinées ou des classes à années multiples. « Nous devons nous assurer que notre investissement considérable en éducation correspondra aux besoins des élèves ainsi qu’au nombre d’élèves, a dit Mme Jennex. Il faut que nous apportions notre contribution aux efforts visant à faire que le gouvernement vive selon ses moyens. Sinon, les élèves qui sont dans les salles de classe aujourd’hui auront à assumer le fardeau de la dette pendant de longues années. » Entre 2000-2001 et 2010-2011, le financement des conseils scolaires a augmenté de plus de 320 millions de dollars ou 43 pour 100, et ce même si le nombre d’inscriptions a diminué de presque 30 000 élèves. Au cours des trois prochaines années, environ 1 000 enseignants prendront leur retraite, et on prévoit une diminution de 7 000 élèves dans les écoles, ce qui entraînera d’importants défis pour les conseils scolaires. Le financement total de 1,07 milliard de dollars fourni aux huit conseils scolaires de la Nouvelle-Écosse sera réduit de 17,6 millions de dollars, soit 1,65 pour 100. Les objectifs budgétaires ont été établis en fonction d’une diminution prévue de deux pour cent du nombre d’inscriptions (2 500 élèves) l’année prochaine. Comme tous les autres ministères et organismes financés par le gouvernement, les conseils scolaires doivent gérer leurs propres dépenses. Mme Jennex souligne que les conseils de l’éducateur respecté Ben Levin aideront également le gouvernement et les conseils scolaires à préserver la qualité de l’éducation tout en assurant la gestion des changements découlant du déclin continu du nombre d’inscriptions. M. Levin, qui doit déposer son rapport à la fin du mois de février, mettra l’accent sur des éléments tels que l’amélioration des pratiques d’enseignement et de l’apprentissage ainsi que l’utilisation plus judicieuse des établissements et des ressources.last_img read more

Read More →

Pandora takes on Spotify Apple with new streaming services

by The Associated Press Posted Sep 13, 2016 7:31 am MDT Last Updated Sep 13, 2016 at 8:20 am MDT AddThis Sharing ButtonsShare to TwitterTwitterShare to FacebookFacebookShare to RedditRedditShare to 電子郵件Email NEW YORK, N.Y. – Pandora is getting ready to take on Spotify, Apple Music and others with a new, $10 monthly streaming music service, and a cheaper option as well.The Internet radio company is declining to say how much the lower-priced service will cost, but it says both options will launch before the end of the year.The new subscription service from Pandora will give users more control over which songs they want to hear. On Tuesday, the company announced new licensing deals with Sony Music, Universal Music Group and several independent record labels. It is still in talks with Warner Music Group.Shares of Pandora Media Inc. are up more than 2 per cent before the opening bell. Pandora takes on Spotify, Apple with new streaming services FILE – In this Oct. 23, 2015 file photo, Pandora is displayed above a post where it trades on the floor of the New York Stock Exchange. Pandora is getting ready to take on rivals Spotify, Apple Music and others, offering a monthly $10 streaming music service, but also a cheaper option. On Tuesday, Sept. 13, 2016, the company signed licensing deals with Sony Music, Universal Music Group and several independent record labels. (AP Photo/Richard Drew, File) read more

Read More →

Sri Lanka urges UN to study global inequality failure to lift millions

Citing his efforts to ensure that economic growth benefits all segments of society in his own country, Sri Lankan President Mahinda Rajapaksa today called on the United Nations to study the international community’s failure to improve the lot of the impoverished worldwide.“According to World Bank projections, by 2015, Sub-Saharan Africa and Southern Asia will be home to approximately 40 per cent of the developing world’s population living in extreme poverty,” he told the General Assembly on the first day of its annual General Debate, noting that commitment to the Millennium Development Goals (MDGs) had brought a real sense of hope. “[Yet these projections] only diminish the sense of our optimism. It is fitting for the UN system to examine the causes for the failure in improving the lot of the deprived,” he said.The year 2015 is the target date for achieving the MDGs, which seek to slash extreme hunger and poverty, boost access to health care and education, achieve gender equality and environmental stability, and reduce maternal and child mortality and the incidence of HIV/AIDS.“Reflecting on the work of the UN, matters of a political nature have overridden the most basic issues, which affect the underprivileged and marginalized, who dominate world society,” Mr. Rajapaksa said, noting that while appreciable progress has been made on the MDGs, the results have been uneven among and within countries. With regard to Sri Lanka, he said his vision has been to distribute the benefits of growth across all segments of the population and prevent inequalities, social exclusion and adverse environmental effects. He stressed that the post-2015 development agenda, the theme of this year’s 68th General Assembly, must have poverty eradication and accelerated growth in the developing world as its primary goals, but he pointed to the uneven playing field between developed and developing countries with regard to global warming gas emissions.“Centuries of growth in advanced economies have left little carbon space for the developing world, challenging their growth,” he said. “The thin lines of balancing economic development and protection of the environment will remain a great challenge in future development policy-setting. “It is therefore critical that developed countries honour their commitments and compensate damage to the environment, on the basis of common but differentiated responsibilities.”On other issues, Mr. Rajapaksa called for reform of international monetary and financial institutions to express the solid voice of the developing world, decried interference by some in the internal affairs of developing countries, called for a two-state solution to the Israeli-Palestinian conflict, and condemned the United States embargo against Cuba. Meeting earlier with UN Secretary-General Ban Ki-moon, Mr. Rajapaksa exchanged views on the post-conflict situation in Sri Lanka and the country’s cooperation with the UN. According to a readout of the meeting, the Secretary-General noted the Government’s latest efforts to conduct the provincial elections and to implement the recommendations of its Lessons Learnt and Reconciliation Commission. Mr. Ban also addressed the remaining challenges in reconciliation and emphasized the need for a more holistic approach. read more

Read More →